Les structures douleur chronique

La prise en charge de la douleur chronique repose sur les structures de prise en charge de la douleur chronique (SDC). 

 

La mission principale des SDC est d’appréhender la douleur chronique selon un modèle bio-psycho-social, avec une prise en charge reposant d’abord sur une démarche évaluative puis sur un traitement, souvent multimodal, dont l’objectif est réadaptatif.

Ces structures, identifiées au niveau régional par chaque Agence Régionale de Santé sous la coordination de la Direction Générale de l'Offre de Soins (DGOS), sont organisées en deux niveaux : consultations et centres. Quel que soit le niveau, l’organisation des SDC repose sur  la pluri-professionnalité, sachant que les consultations ont un rôle de proximité avec les soins primaires et que les centres (du fait de leur pluridisciplinarité) ont en plus des fonctions d’expertise

 Consulter l'annuaire national des structures spécialisées Douleur Chronique 

 En savoir plus sur l'identification des structures

 Instruction N°DGOS/PF2/2011/188 du 19 mai 2011 relative à l'identification et au cahier des charges 2011 des structures d'étude et de traitement de la douleur chronique

L’organisation pluriprofessionnelle des SDC repose un trinôme composé d’un médecin, d’un infirmier et d’un psychologue.
Ces professionnels de santé possèdent, outre leur qualification initiale, une formation universitaire spécifique à la prise en charge de la douleur (Capacité d’Evaluation et Traitement de la Douleur ou Diplôme d’Etudes Spécialisés Complémentaires pour le médecin / Diplôme Universitaire pour l’infirmier et le psychologue).

Ce trinôme travaille en équipe pour évaluer au mieux chaque patient douloureux chronique selon le modèle bio-psycho-social et lui proposer un programme thérapeutique personnalisé faisant appel autant aux approches pharmacologiques qu’aux approches non pharmacologiques.
Ce trinôme s’appuie sur un secrétariat qui a également un rôle majeur dans l’accueil et le suivi des patients douloureux chroniques.
Ce trinôme peut également s’appuyer sur d’autres professionnels de santé (tels des kinésithérapeutes, ou ergothérapeutes) et des assistantes sociales.

Enfin ce trinôme reste en contact étroit avec le médecin traitant, qui reste le pilier de la prise en charge et les médecins spécialisés selon les pathologies associées à la douleur (rhumatologue, neurologue, psychiatre ou interniste).
 
D’autres acteurs peuvent être impliqués dans la prise en charge de la douleur chronique du fait de son fort  impact social : 

  • La Caisse Primaire d’Assurance Maladie peut être sollicitée, notamment pour  une demande de prise en charge en affection longue durée par le médecin traitant avec l’étayage du courrier de suivi de la SDC.
  • La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) peut être également sollicitée pour une demande de reconnaissance en travailleur handicapé ou en invalidité par le médecin traitant avec l’étayage du courrier de suivi de la SDC.
  • Le médecin du travail peut aussi être sollicité pour adapter le poste selon le type de douleur ou d’aider à la reprise du travail.