Bilan : Universités Infirmières 2016

Les Universités Infirmières édition 2016 consacrées aux méthodes non médicamenteuses, à l’autonomie et la responsabilité pour l’infirmière en consultation douleur
 
Les méthodes non médicamenteuses se développent et se pratiquent de plus en plus dans les structures de prise en charge de la douleur chronique, comme il avait été préconisé dans le 3ème plan douleur 2006-2010 (« le traitement médicamenteux ne constitue pas la seule réponse à la demande des patients douloureux. Les techniques non médicamenteuses de prise en charge de la douleur existent. Les professionnels et les usagers les reconnaissent comme efficaces. Il s’agit de traitements réalisés par des professionnels de santé qualifiés : traitement physiques (massages, kinésithérapie, physiothérapie…), méthodes psycho-corporelles ou comportementales (hypnose, relaxation, sophrologie) »).  
La pratique au quotidien de ces méthodes questionne l’Infirmière Ressource Douleur.
Questionnement autour de l’autonomie et de la responsabilité qu’engage l’Infirmière Ressource Douleur quand il est mis en place une méthode non médicamenteuse.
 
 La Commission Professionnelle Infirmière a souhaité consacrer des Universités Infirmières autour de cette thématique que sont les techniques non médicamenteuses ainsi que l’autonomie et la responsabilité de l’infirmière en consultation.
L’édition 2016 a rassemblé une trentaine d’IRD dans un hôtel en bord de la région parisienne et devant les nombres important de dossiers déposés, la Commission Professionnelle Infirmière a décidé de reprogrammer la même thématique pour l’année 2017.
 
Les objectifs de ces universités étaient d’identifier des techniques non médicamenteuses et le cadre réglementaire et de réfléchir pour les participants aux techniques proposées, pour qui et quelle situation.
L’objectif était aussi de réfléchir sur la posture, le positionnement et la communication avec le patient ainsi qu’au sein de l’équipe.
Pour atteindre ces objectifs, la Commission Professionnelle Infirmière a fait appel à Christophe Debout, directeur de l’institut de soins infirmiers supérieurs, membre de la Chaire Santé Sciences-Po/IDS UMR Inserm 1145.
Les apports théoriques ont été illustrés par des situations cliniques pour permettre  à chaque participant d’actualiser et de perfectionner ses connaissances et d’avoir une démarche réflexive sur sa pratique professionnelle. En complément de ces enseignements, un temps a été consacré aussi à des ateliers.
Les temps d’enseignements, d’ateliers et de réflexion se sont alternés avec ceux d’échanges, de pauses conviviales et d’animation.
 
Ces 8ème journées ont permis, comme les années précédentes, outre l’acquisition ou le perfectionnement des connaissances, des rencontres et des échanges professionnels entre pairs.
Les universités continuent de tisser un véritable réseau qui fonctionne bien au-delà des journées proposées par la SFETD.

Christine Berlemont responsable de la Commission Professionnelle Infirmière